Poésie musicale

J'oreille en bloc

 

MAO

De dire plus jamais seule - Brigitte Gardet
00:00 / 00:00
Piaf - Brigitte Gardet
00:00 / 00:00

 Extraits mp3 du livre album à venir

" J'OREILLE EN BLOC "

Ce refrain qui nous tient ensemble - Brigitte Gardet
00:00 / 00:00

Piaf

 

Je suis la fille du volcan Khorgo de Mongolie

Pourquoi pas

 

J'aime imaginer

Le silence

L'odeur des chevaux

Des peaux

De l'herbe

Du vent

Du sang

Le froid cruel

L'immensité

Le vide

 

J'aime imaginer Piaf chantant au pied du volcan Non rien de rien non je ne regrette rien

 

Je mettrais volontiers quelques cerisiers juste à côté par gourmandise

Une odeur de café me guiderait vers une yourte blanche aux portes de bois décoré

Quelques chants diphoniques et hypnotiques mêlés aux cris joyeux d'enfants libres

 

Devine les steppes de Mongolie mon enfant et ce cheval qui t'attend

J'aime imaginer un manège de yourtes qui danserait sous mes yeux de fillette

Mes doigts innocents et sucrés sur une barbe à papa

Le bon temps où les yeux et le cœur se mélangent encore

 

Vingt six avril mille neuf cent quatre vingt six 

Piaf pleure

Les cerises ont des vers

Café bouillu café foutu

Continuer la route

L'enfant sur ma hanche

 

Aujourd'hui on peut visiter le site se donner des frissons irradiés

Tchernobyl

 

Je suis la fille du volcan Khorgo de Mongolie

Pourquoi pas

 

J'aime imaginer

Le silence

L'odeur des chevaux

Des peaux

De l'herbe

Du vent

 

Je suis la fille du volcan Khorgo de Mongolie

Pourquoi pas

De dire plus jamais seule

 

De l'évidence du commencement

Mon impatience ma fierté

 

Du réveil de l'instinct

Ma force intérieure

 

De mes envies de mes nausées

De mes mains sur mes seins

 

D'une présence

Le poids

La peau tendue de mon ventre

Les premiers mouvements drôles et inquiétants

La chaleur de juillet

 

De ma main machinale sur mon ventre

De ne pas comprendre

La métamorphose

Le jour J

 

La peur de la perdre

Le tournis et l'immensité autour de moi

Le mot responsabilité

 

De mes mains qui porte mon ventre comme si c'était déjà elle

 

De mes refus d'échographie et de tout ce qui va avec

Le désir de tout bien faire

L'arrêt de la cigarette

De mes crises d'angoisses

L'eau dans le lit

Devenir sèche de lait

 

De mes mains sur mes reins

 

Du premier mot

Qu'avec la parole quelque chose s'est envolé

Le premier regard

 

D'une grande solitude

L'infirmière me demandant les habits pour le bébé et moi déboussolée absente

 

À mon tour de créer des blessures du manque

De la douleur

Les odeurs de sang de sueur de sexe

 

De mes mains sur ma bouche

 

De grandir avec elle

Le premier contact

Vouloir revoir le monde pour elle

 

De ma posture déhanchée

De dire plus jamais seule

 

Le cahier rouge pour qu'elle sache

De l'avoir relu et toute cette culpabilité

D'être mère pour la première fois

 

De mon petit doigt dans sa main

 

Ce refrain qui nous tient ensemble

 

Porter mon nom comme un vêtement

trop serré

trop criard

trop

le laisser silencieux sur les papiers d'identité

 

Changer de prénom

le choisir original pour qu'il suffise

à me nommer

 

Première de cordée

Vibrer ce nouveau bout de moi

Me recorder

 

Une possible nouvelle personne

Accordée

 

Prendre le large

Se faire rare

Se faire poussière

Emporter ses pieds sur son dos

Prendre la clé des champs

 

Filer accrochée à l'espoir de faire entendre sa voix

Devant toujours devant aux commandes sans respirer ou presque

Juste le nécessaire

 

Avancer

si sûre

Avancer pour l'urgence de ce qu'il faut bien dire

Avancer chaud devant

 

Suspendre tout

Le silence se fait écho du cri

du blues

Gestes expressions liquides

pulsations identiques

Chœur d'abrutis

Ne plus supporter le mouvement qui n'est pas le sien

Continuer faire comme si

 

Puis le temps

Dire oui sans se perdre

Suivre sentir ou laisser

Lancer un solo puis rejoindre le chœur

Les autres portés par l'élan le timbre de l'appel

Faire mouche au milieu d'une place qui devient sienne

Boucler le slogan du désir

 

Un devient multiple

Chorégraphie improvisée

En face c'est beau à voir

Les dos se redressent les bras se relient

La respiration devient commune

Une note vibrante guérisseuse se met à tourner

 

L'histoire est simple et peut durer longtemps

Le continuum d'une rivière éternelle

des voix à l'unisson

Ce refrain qui nous tient ensemble

 

 

 

 

BRIGITTE GARDET